. . . etait de ne recevoi r jamai s aucune chose pour vrai e que je
ne la connusse evidemmen t e t r e telle : c'est s a dir e d'evite r
soigneusemen t la precipitatio n et la prevention , et de ne com -
p r e n d r e rie n de plus en m e s jugement s que ce qui se p r e s e n -
t e r a i t si c l a i r e m e n t et distinctemen t \ mo n espri t que je n ' e u s s e
aucune occasion de le m e t t r e en doute.
D e s c a r t e s (Discour s de la Methode)
ILL
Previous Page Next Page